En Europe, on trouve deux espèces de milans : le milan noir (Milvus migrans) et le milan royal (Milvus milvus). Quels critères faut-il regarder pour les différencier ?

La forme de la queue

On distingue aisément les milans des autres rapaces grâce à leur queue en forme de V mais elle peut aussi servir à différencier les deux espèces :

Queue du milan royal

Une queue longue et profondément échancrée indique un milan royal.

Une queue courte et triangulaire et sans échancrure indique un milan noir.

Attention ! L’échancrure peut varier en fonction de l’attitude de l’oiseau et de la position de l’observateur. Elle est peu visible lorsque l’oiseau a ses rectrices écartées. De plus, la profondeur de l’échancrure du milan royal est variable d’un individu à l’autre et le milan noir peut lui-même avoir une queue légèrement échancrée. Dans ce cas cas, il vaut mieux regarder d’autres critères…

Milan noir avec une échancrure de la queue visible

La couleur de la tête

Selon une idée reçue, le milan noir aurait la tête sombre et le milan royal aurait la tête pâle. Ce n’est pas tout à fait exact. La tête est toujours pâle chez le milan royal mais, chez le milan noir, sa couleur varie d’un individu à l’autre. On trouve des milans noirs avec une tête aussi pâle que que celle du milan royal.

Tête du milan royal
Milan royal — CC-BY-SA Rolf Dietrich Brecher
Milan noir
Milan noir avec une tête sombre — CC-BY-SA Afsarnayakkan
Milan noir
Milan noir avec une tête pâle — CC-BY-SA H. Zell

Si la tête est sombre, on peut dire qu’on est en présence d’un milan noir, mais si elle est pâle alors il faut regarder d’autres critères.

Les digitations

Les digitations sont les plumes situées à l’extrémité des ailes et qui font penser à des doigts : 6 pour le milan noir et 5 pour le milan royal.

Milan noir
Milan noir avec 6 « doigts » bien visibles

Milan royal
Milan royal avec 5 « doigts » bien visibles

Voilà un critère facile ! Hé bien, pas toujours :

  • selon l’attitude de l’oiseau, les rémiges sont plus ou moins resserrées, ce qui ne facilite pas le comptage ;
  • la dernière plume est nettement plus petite et pas toujours visible ;
  • l’oiseau peut avoir perdu une plume accidentellement, par exemple suite à un combat avec un corvidé ou un autre rapace ;
  • lors de la mue, il est fréquent de voir des milans avec des rémiges manquantes.
Milan noir en mue
Milan noir en mue avec rémiges manquantes — CC-BY Mike Prince

Alors, si on voit 6 « doigts » distincts, on peut affirmer que c’est un milan noir. S’il y en a 5, cela donne un indice mais il faut se méfier et regarder d’autres critères pour confirmer.

L’envergure

Le milan noir est plus petit que le milan royal. Le milan royal a une plus grande envergure et une silhouette plus élancée, avec des ailes plus longues par rapport au corps. C’est souvent flagrant quand on voit les deux espèces voler ensemble mais ce n’est pas toujours un critère pertinent lorsque l’individu est seul ou qu’il se trouve loin de l’observateur. D’autant que les grands milans noirs peuvent rivaliser en taille avec les petits milans royaux…

Envergure des milans

La couleur du plumage

Le milan noir a un plumage assez uni et sombre, tandis que celui du milan royal est plus clair, teinté de roux et bien plus contrasté.

Le dos du milan noir
Le dos du milan noir
Milan royaux
Deux milans royaux

Chez le milan royal, les panneaux alaires — aussi appelés « fenêtres » — sont nettement blancs. La queue est rousse sur le dessus, pâle sous le dessous. Les plumes des panneaux alaires et de la queue diffusent bien la lumière du soleil.

Milan royal au soleil
Milan royal éclairé par le Soleil
Milans noirs
Deux milans noirs

Le milan noir peut avoir des panneaux alaires (ou pas) mais ceux-ci sont bien plus ternes. La queue est gris-brun. Les plumes des panneaux alaires et de la queue sont plus opaques.

Milan noir
Milan noir sans panneaux alaires
Milan noir
Milan noir avec panneaux alaires (ternes)

La couleur est un excellent critère pour différencier les deux espèces mais il n’est pas toujours exploitable selon la distance de l’observateur, la luminosité et la qualité de la photo.

Le cri

Le milan royal pousse de longs cris doux ou stridents avec des tonalités montantes et descendantes :

Le milan noir émet des cris nettement plus saccadés semblables à un ricanement :

Saison et zone géographique

Comme son nom scientifique l’indique, le milan noir (Milvus migrans) et un migrateur. Il hiverne en Afrique et revient en Europe au printemps.
Le milan royal, lui, est migrateur partiel. Les individus du Nord de l’Europe migrent dans des régions plus chaudes et les individus sudistes résident à l’année. Entre les deux, certains individus migrent d’autres restent sur place.
Donc si on aperçoit un milan en hiver sous la neige, il y a fort à parier qu’il s’agisse d’un milan royal ! 🙂

Milan royal sous la neige
Un milan royal sous la neige

Hybridation

Il faut savoir que le milan royal et le milan noir peuvent occasionnellement s’hybrider pour donner naissance à un individu Milvus milvus × Milvus migrans qui possède un mélange de caractéristiques des deux espèces. Ça reste un phénomène rare, mais il est intéressant de savoir que cela existe.

Conclusion

Il y a de nombreux critères permettant de différencier le milan noir et le milan royal mais il y a également de nombreuses façons de se faire piéger. Quand on est loin, que la luminosité n’est pas très bonne ou que la photo n’est pas très détaillée, il vaut mieux faire appel à plusieurs critères afin d’éviter les confusions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *